Mais trop…

Souvent, il m’est venu l’idée d’écrire un livre sur le métro., les transports en général. C’était lors d’anecdotes en tous genre. Je vais commencer par écrire un article que j’étayerai sans doute au fur et à mesure.

[hidepost=0]Tout d’abord il faut savoir que le mot « métro » est le diminutif du mot « métropolitain » signifiant chemin de fer souterrain ou aérien. Il y a de très belles stations de métro, des stations cachées, des stations laides… mais surtout, il y a une vie dans le métro : une vie underground et une vie de tous les jours. Bipppppp, les portes se ferment.

Et là c’est le drame. Déjà qu’il y a du monde, qu’on est les uns sur les autres, comme des sardines. Je l’ai vu courir depuis le début du quai, pourquoi vient-il dans mon wagon, sacrée loi de Murphy ! Il arrive, essoufflé naturellement, et au lieu d’expirer par le nez, monsieur est généreux, monsieur partage son haleine fétide. Astuce n°1 : L’hiver c’est bien, l’hiver on porte des col roulé ou des écharpes et on peut recroqueviller son nez dans une BONNE odeur.

Les gens qui poussent à côté, c’est rien, rien à côté de ce que je viens de vivre. Et puis avec le pogo, on apprend vite à bien se placer et à rendre la pareille. Astuce n°2 : Evitez d’avoir une personne dos à vous sinon elle se laissera volontiers portée, c’est vrai, un dos, c’est comme un mur, c’est si facile de si appuyer.

Ensuite, il y a les bavards et souvent, ils me font doucement rire. Grincheux à côté est un agneau. Ces gens-là racontent tous la même chose, on dirait qu’ils se sont donnés le mot.  » Avancez un peu plus dans le couloir, y a de la place derrière, j’aimerai bien aller au travail moi-aussi « … et bien d’autres jolies phrases encore. Alors là, il y a deux solutions : la première est de l’ouvrir aussi et d’apaiser la personne bavarde. On peut aussi lui dire : « TA GUEULE » mais là c’est le risque de s’en prendre plein la g*****, ou de sentir son haleine fétide. Ou bien, on peut attendre la voix charmante du conducteur disant :  » Il y a un autre tram juste derrière « . Astuce n°3 : Formidable invention qu’est la musique portative, je vous conseille le mp3 à fond dans les oreilles. Surtout depuis que les intra-auriculaires existent. Ceux-ci lavent les oreilles et vous font entendre vos pas même si vous marchez tout doucement. Bref, la musique, c’est génial dans le métro !

Je vous ai parlé des haleines mais pas des autres odeurs et Dieu sait qu’il y en a… mais Dieu ne prend pas le métro. Dieu est un ordinateur comme expliqué dans un autre billet. Revenons à nos odeurs. Très rapidement, il y a les odeurs de personnes qui ne se lavent pas, celles d’aisselles, de pipi millésimé, de prout silencieux, et ceux-là sont souvent les pires. Et il y a pleins d’autres odeurs encore. Bref, avec quelques pellicules  en plus, le métro est un univers impitoyable. Au passage, je tiens à citer le fabuleux groupe Facebook : » J’étais en avance, puis j’ai pris la ligne 13! »

Mais que vit-on de bon dans le métro ? Il nous emmène à bon port et encore pas toujours et dans un temps pas toujours respecté mais au moins, on ne s’ennuie pas dans le métro et il ne veut pas toujours nous laisser sortir. C’est le moment que j’aime le plus car il est autorisé de pousser les gens. Oui oui, je déclare autorisé le pouss-pouss de métronautes lors de la sortie du wagon. Il y a là ceux qui ne veulent pas bouger de peur de perdre leur place et je les comprends, mais il y a surtout ceux qui veulent rentrer dans le wagon et qui ne nous laissent pas sortir pour autant. Je me transforme en boule de bowling et c’est le strike assuré. Ils peuvent « ragnasser », je ne les entends pas grâce à ma musique !

En parlant de musique, je ne vous ai pas parlé de celle du métro. Sa musique est très éclectique. Il y a tout d’abord, la musique dite « IN », c’est-à-dire dans le wagon et celle dite « OUT » et vous l’aurez compris, la musique en dehors du wagon. La musique est partout ! Dans les couloirs, sur les quais, dans les wagons. La musique du métro est comme ce dernier, elle voyage aussi, se déplace en fonction du marché, à savoir quel sera l’endroit le plus fréquenté. Pourquoi ? Pour recueillir finance bien évidemment. Il y en a qui mériterait de chanter dans les trains à grande vitesse et d’autres qui devraient s’abstenir. Et puis, certains devraient juste chanter, juste chanter et passer dans les rangs. Quant à ceux qui ne font que parler, ou… ceux là, je préfère me taire.

Comme je vous l’avais dit plus haut, je complèterai ce billet au fur et à mesure de mes expéditions. Je vous parlerai des stations aussi, et de ses fantaisies.[/hidepost]

Laisser un commentaire