Le mot à connaître « Schmilblick »

J’ai utilisé ce mot il y a peu et je me suis dit qu’il sera bien, expliqué sur ces pages. Ce mot, de prononciation incongrue, représente un objet qui ne sert à rien et donc à tout… puisque rien peut aussi être tout ! Merci à ce cher Pierre Dac, artiste incroyablement incroyable, qui inventa ce néologisme dans les années 50.

Sa description du Schmilblick est la suivante :

« Le Schmilblick des frères Fauderche est, il convient de le souligner, rigoureusement intégral, c’est-à-dire qu’il peut à la fois servir de Schmilblick d’intérieur, grâce à la taille réduite de ses gorgomoches, et de Schmilblick de campagne grâce à sa mostoblase et à ses deux glotosifres qui lui permettent ainsi d’urnapouiller les istioplocks même par les plus basses températures. »

[hidepost=0]Les frères Fauderche sont Jules et Raphaël, personnages de l’émission radiophonique Bons baisers de partout, dont il est l’auteur avec Louis Rognoni. Bons baisers de partout est une série parodiant les célèbres espions des années 50.

Mais pour en venir aux faits, le schmilblick est utilisé principalement dans deux styles d’expressions qui, à mon goût, ont deux sens bien différents. La première est : « Que puis-je faire pour faire avancer le schmilblick ? Le schmilblick étant ici une forme d’aide. La seconde expression est : Mais qu’est-ce que c’est que ce schmilblick ? Dans le sens de désordre.

Au final, je pense que c’est l’origine loufoque et un peu capilotracté de ce mot qui lui donne ses différents sens… néologisme bipolaire, ben voyons !

Nb: à savoir aussi que le schmilblick était un jeu crée en 1969 (année érotique) par Guy Lux et Jacques Antoine. Le but était de trouver le nom d’un objet en ne connaissant que certaines de ses caractéristiques. Guy Lux relance ce jeu dans les années 90 mais cette fois-ci à la radio. L’émission était animée par Georges Beller et Évelyne Leclercq. [/hidepost]

Laisser un commentaire