Starck tire le portrait

C’est à Paris en 1889, lors de l’exposition universelle que fut présenté pour la première fois un appareil de photographie automatique. ou plus communément appelé « Photomaton ». Au fil des ans, ces photomatons ont plus ou moins disparu, tombant en panne ou voyant leur utilité volée par une boutique, moins charmante mais tirant le portrait pour plaire aux passeports et autres documents légaux.

Et puis comme la mode est un éternel recommencement, lesvoilà qui reviennent et je viens d’ailleurs d’obtenir le badge Foursquare « Photogenic » pour avoir checked-in ma position dans trois lieux disposant d’un photomaton. Autre raison de ce retour, le charme d’un photomaton et nombreuses sont les applications à télécharger permettant de se prendre en photo « façon photomaton ».

C’est ainsi que le groupe Photomaton et le designer Philippe Starck ont travaillé ensemble et on offert à cette photographe de cabine, une nouvelle jeunesse.

Au programme :

- sièges translucides qui s’illuminent ;

- 3Gs envoyer ses photos fraîchement prises par mail ou les partager sur le Web ;

- écran désormais tactile ;

- capteurs intelligents qui évaluent la distance et la position de l’utilisateur, pour un meilleur rendu.

- réalité augmentée permettant une plongée dans un décor 3D ;

- effets photographiques : mode pop art, panneau « wanted » façon western…

Vivement le développement de la première cabine.

Laisser un commentaire