Céline Bourragué

Céline Bourragué

Chef de projet digital

Le contrôle du regard

Pouvez-vous contrôler votre regard ? Moi je ne peux pas, mes yeux possèdent la liberté de voir, et plus la prohibition et le danger se font sentir, plus mes yeux dériveront vers le point en question.

C’est un peu comme le fait d’entendre, si Dieu nous a pourvu d’oreilles, c’est bien pour entendre, à nous de faire la différence entre « entendre » et écouter ». Là encore, dur dur d’être un bébé et de simplement entendre ce qu’il ne faut pas écouter.

La boîte de Pandore des sens révèle bien des choses que l’on n’oserait pas avouer et pourtant…

Saint-Valentin

Mesdames,

Une jolie preuve d’amour
Un cadeau original et
personnel aux normes bio
Venez découvrir notre
Nouvel espace à l’étage
L' »Attirail de vos maris »

Tonifier et stimuler
Mille et une expertes en
Nature et découvertes

Toutes nos vendeuses sont
à votre service 6 jours/7

Auguste, toujours Auguste !

Mais qui est donc Auguste Derrière ? Pour le savoir, je vous conseille vivement d’acheter son livre : « Les moustiques n’aiment pas les applaudissements« .

[hidepost=0]Et d’ailleurs, comme me l’a fait remarquer une personne à juste titre, des moustiques écrasés parsèment quelques pages de ce livre. Bible d’humour et d’aphorismes, il fait appel à des jeux de mots sur lesquels il faut parfois réfléchir pour en rire. L’éclat de rire ferme violemment le livre, écrasant le moustique. Auguste dédicace et moi j’en fais la pub. Avez-vous acheté son oeuvre ? Si non, nul doute que vous allez le faire.[/hidepost]

Pourquoi

« Parfois on regarde les choses, telles qu’elles sont, en se demandant pourquoi
Parfois on les regarde, telles qu’elles pourraient être, en se disant pourquoi pas »

Extrait d’Il y a – Vanessa Paradis Parfois je te regarde, tel que tu es, et je me dis pourquoi / Parfois je te regarde, tel que tu es, et je me dis pourquoi pas.

Ces deux hommes…

Eddy Mitchell – Sur la route de Memphis

J’ai connu deux hommes exceptionnels et je vais vous les présenter à travers ces quelques phrases. Ils se sont connus lors de belles occasions mais ne se sont pas vus souvent. À présent, ils sont l’un à côté de l’autre, à veiller sur nous.

L’un a vécu la grande guerre, l’autre a fait celle du Vietnam.

[hidepost=0]- M -
Pas besoin de télé ni de livres pour se distraire, uniquement des souvenirs heureux se dégageant de l’horreur. C’est ce qu’il me répondait alors que je lui demandais ce qu’il faisait, assis sur sa chaise de bureau. Il me désignait sa tête et me disait que ses pensées lui suffisaient. Moi aussi j’aime penser, j’aime à penser qu’un jour aussi, j’occuperai les heures en me remémorant certains passages de ma vie. J’espère ressentir ce besoin. J’espère que mes souvenirs auront le mérite de remonter à la surface, me replongeant dans les années passées.

- G -
Il était peintre. Son talent a évolué au fil des années et son art s’est arrêté sur une touche sucrée. Les berlingots se sont éparpillés sur la toile. J’ai toujours été étonnée de les voir. J’étais habituée aux réalistes paysages dans lesquels je m’imaginais. C’était cette reproduction de Dufy dont je ne peux vous parler mais je la vois encore à chaque fois que… ou encore celle de la tombe de Van Gogh. Là je tombais et virevoltais dans les épis de blé. Il me faut cette toile ! Mais il n’y avait pas que du « copié-collé ».

- M-
L’un de mes premiers longs voyages. Ado, toute nouvelle expérience était pour moi d’une excitation sans nom. Suis-je encore une ado ? Oui. Ce voyage, l’air chaud et sec de l’Arizona, et une infinie grandeur m’étourdissaient. Imaginez, des rues étroites et remplies deviennent des avenues propres et vides, mais vivantes. Après dîner, on partait arpenter les rues pour une petite balade digestive, et on [re]faisait le monde. Un soir, je le questionnai sur la signification d’éclairs dans le ciel, tels que le faisceau de la Tour Eiffel ou de celui d’un phare, mais en plus prononcés, plus nombreux. Il m’expliqua qu’il s’agissait des rayons météorologiques. Faisaient-il la pluie ou le beau temps ? Ce soir-là en tout cas, il faisait beau. Beau car je venais de découvrir ma passion : le ciel et son champs lexical.

- G -
Ah s’il savait que je marchais sur ses pas et ceux d’un autre. J’aimais entendre sa voix au téléphone, discuter avec lui de tout et de rien. Il m’apprenait des tas de choses, toutes oubliées à mon grand regret. Aujourd’hui, je pars à la conquête de cette unique famille, dissolue un peu partout. Il en serait très fier.

Ils sont partis et triste je suis. C’est en pensant à ça que j’aurais du… j’aurais du.[/hidepost]

Un trop de…

On se dit souvent : « oh mais c’est super ça, faut que je le note pour ne pas oublier ». Et puis on oublie. [hidepost=0]Comme disait l’autre : « Ça s’en va et ça revient /C’est fait de tous petits riens / Ça se chante et ça se danse / Et ça revient, ça se retient /Comme une chanson populaire », sauf que parfois ça ne revient pas du tout et on regrette (remord ou regret). C’est pourquoi j’ai choisi de créer cette section pour que chaque chose ait une place et non celle des oubliettes.[/hidepost]

Remords ou regrets

Ça me fait toujours penser à Bruel et sa place des grands hommes. Combien de fois avez-vous voulu organiser un événement « dans 10 ans » ? Qui l’a fait ? Si oui, comment était-ce ? En tout cas, moi j’aimerai bien ! Quelle est la différence entre un remord et un regret.

[hidepost=0]Un remord est un tourment provoqué par la conscience d’avoir mal agi. Le regret quant à lui, est le sentiment d’amertume d’avoir fait ou pas quelque chose. [/hidepost]

Son petit lapin

Elle avait un petit lapin. Framboise, étonnant pour un p’tit mec mais idée originale, comme elle ! Il avait le poil court et clair et son caractère était fascinant. D’un naturel calme, il ne fallait cependant pas le toucher alors que le droit n’en avait pas été donné. Quel caractère ce Framboise ! Il faudra que je lui demande pourquoi Framboise.

[hidepost=0]Arielle avait eu besoin de ce compagnon car elle venait de franchir un cap important dans sa vie. En se promenant Rive Gauche, elle était nonchalamment entrée dans l’animalerie et avait rencontré ce petit lapin.

Il était tout seul dans un coin de l’aquarium et elle ne put résister et l’adopta. 1er contact amical, :curieux. Les jours passèrent et son attachement pour Framboise grandit. Intelligent et avec une personnalité attendrissante, Arielle l’apprivoisa après quelques semaines et leur complicité fit qu’ils devinrent inséparables.

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… non trois seulement, c’est déjà pas mal en ces temps modernes.

**FIN** Morale de l’histoire : Il n’y en a pas encore, mais peut-être un jour.[/hidepost]

Les anges pas si auréolés qu’ça !

Connaissez-vous le pourquoi du comment des auréoles au-dessus des têtes de nos chérubins ?

[hidepost=0]Alors vous imaginez sans aucun doute que c’est l’auréole qui donne ce caractère saint. C’est le cas maintenant mais au départ, le créateur auréolait l’ange uniquement pour éviter que les pigeons chient sur ce dernier.[/hidepost]