Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

CHANSON DU PAYS DE BUCH

2. La CHANSON DES ENFANTS DU PAYS DE BUCH
de Gilbert SORE. Recueilli sur le Journal d’Arcachon N° 1158 du 2 avril 1966.
Sur l’air de « L’Ode à la Joie » (l’hynme européen) – Neuvième Symphonie de Beethoven

Mes yeux ouverts sur ma marge
De la mer, de la forêt,
Mes poumons au vent du large
Cadencent le mascaret ;

[Leur rythme emprunte la force
Double du flux, du reflux
Et fait lever dans mon torse
L’élan des pins résolus.] (bis)

O rumeur de la cigale,
Tic-tac ardent du pivert,
Ile aux Oiseaux à l’étale
Perle au coquillage ouvert,

[Salut, bergers des échasses,
Cabanes des résiniers,
Ronde libre des pinasses,
Chariots des muletiers !] (bis)

Lorsque le couchant s’embrase,
Je brûle d’un juste accord
Et contemple avec extase
Les passes aux ailes d’or ;

[Le Sabloney étincelle
Avec le genêt, l’ajonc ;
Mon cour un grappin te scelle
A la rade d’Arcachon.] (bis)

Mon vieux pays, ma fortune,
Quel subtil enlacement
En moi monte de la dune,
Mesure de mon serment ?

[Dans la forêt sur la plage,
Tout chante mon unité,
Compose mon paysage, Mon reflet, ma vérité.] (bis)

* Chanson transmise pas Aimé Nouailhas du groupe HTBA

DROP A COMMENT