Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

FAUX PRODUITS DU TERROIR

LES FAUX PRODUITS DU TERROIR
(source Ministère de l’agriculture)
Les champignons de Paris
De Paris, ils n’ont que le nom. Pire: 88% d’entre eux viennent de l’étranger, les rayons des supermarchés
regorgeant le plus souvent de champignons issus des États-Unis, de la Chine ou des Pays-Bas, les trois
principaux pays producteurs. En France, s’ils ont pendant longtemps été élevés dans la capitale, les fameux
champignons ne poussent désormais plus qu’à Saumur. La ville dans le Maine-et-Loire regroupe 70% de la
production nationale (12 % du global consommé).
La charcuterie corse
Elle est présentée comme un des plus purs produits du terroir français. Et pourtant : la charcuterie corse ne
dispose d’aucune Appellation d’origine contrôlée. Le consommateur ne trouvera donc sur les rayons des
supermarchés du continent que des produits dont les matières premières proviennent d’ailleurs à plus de 90
%. Ainsi, par exemple, malgré les têtes de Maure et les mentions produit de l’ile de Beauté sur les
étiquettes, le saucisson d’âne est importé d’Argentine et les jambons sont pour la plupart composés de
carcasses issues de chine.
Le jambon d’Aoste
C’est l’un des jambons les plus consommés de France, mais ce dernier n’a rien à voir avec la charcuterie de
la ville italienne d’Aoste. Ce produit est en fait fabriqué en France à partir de carcasses chinoises et
américaines, dans une commune du même nom mais située en… Isère! Et contrairement à son homologue
transalpin, qui est un jambon cru, il s’agit d’un jambon mi-cuit. Le subterfuge a fonctionné pendant des
années puisque la marque déposée Jambon d’Aoste a été la propriété du groupe Aoste (Cochonou/Justin
Bridou), leader français de la charcuterie. Il aura fallu que la Commission européenne interdise récemment
(2008) l’utilisation de cette appellation qui prête à confusion pour que l’ambiguïté cesse. La marque a depuis
été renommée Jambon Aoste.
L’A.O.C de Bretagne
Présentée comme de purs produits du terroir français, les charcuteries de Bretagne disposent d’une
Appellation d’origine contrôlée qui n’oblige les fabricants qu’à une seule chose: posséder au moins un lieu
d’emballage ou de transformation en Bretagne. Le consommateur trouvera donc sur les rayons des
supermarchés des produits dont 82 % des matières premières proviennent du monde entier. Ainsi, les
carcasses de porcs, souvent issues de Chine, de Hollande ou de Pologne, le sel dit de Guérande, importé
d’Argentine et du Vietnam, et les boyaux d’andouilles importés pour la plupart de Corée. L’andouille dite de
Vire, et autres charcuteries De Bretagne, rejoignent ainsi la mythologie des produits bretons, comme le
beurre et la pâtisserie, dont 73% provient de la communauté Européenne et d’Asie.
La moutarde de Dijon
Pour faire de la moutarde de Dijon, il faut du vinaigre, de l’eau, du sel et des graines du… Canada!
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la moutarde utilisée dans la préparation de la fameuse pâte ne
vient pas de la région de Dijon. Une explication à cette bizarrerie : à la fin de la Seconde Guerre mondiale,
avec la mise en place de la Politique Agricole Commune, les agriculteurs se sont désintéressés de la
moutarde, qui ne leur permettait pas de recevoir les subsides de l’Union européenne. Résultat : 90% de la
production utilisée pour la moutarde de Dijon provient maintenant du Canada.
Le couteau Laguiole
L’abeille, la lame fine légèrement relevée, la croix sur le manche… Beaucoup croient que ces symboles
apposés sur les couteaux de Laguiole sont des signes d’authenticité. Erreur ! Malgré leur charme et leur
beauté, elles n’attestent ni de l’origine du couteau ni de sa qualité de fabrication parce que la marque du plus
célèbre des couteaux français n’a jamais été déposée. Laguiole est depuis plus d’un siècle l’objet de
contrefaçons en France et à l’étranger, 80% proviennent de Chine et du Pakistan. Résultat : moins de 10%
des Laguioles sont fabriqués dans le bourg aveyronnais !
Le savon de Marseille
Avec le pastis et la lavande, c’est l’autre symbole de la Provence. Seul hic, les savons estampillés savon de
Marseille ne sont pas fabriqués dans le Sud-est. Car si les savonniers marseillais ont inventé le procédé de
fabrication au Moyen-âge, l’appellation n’est pas protégée. Résultat : les plus gros fabricants sont aujourd’hui
les Chinois et les Turcs ! Et les huiles végétales utilisées pour la fabrication du savon, notamment l’huile de
palme, proviennent de l’étranger, les savons passant à Marseille uniquement pour être parfumés et emballés.
Le melon charentais
C’est l’emblème du melon français. Jaune ou vert, le melon charentais fait la fierté des producteurs de la
région de Cognac où les sols argilo-calcaires sont parfaitement adaptés à sa culture. Mais contrairement à
son cousin de Cavaillon, le melon de Charente ne possède pas d’AOC. Résultat : 80 % des melons
charentais que l’on trouve sur les étals ne viennent pas de Cognac mais d’Espagne, du Maroc, des Caraïbes,
de Chine et du Sénégal.
Le camembert
Emblème de la gastronomie française, le camembert de Normandie est de loin le fromage le plus copié dans
les rayons des supermarchés. Une explication à ce phénomène : tombé dans le domaine public, le nom
camembert peut-être utilisé par n’importe quel producteur de n’importe quel pays. Et malgré une AOC
Camembert de Normandie, qui existe depuis 1983, de nombreux fabricants utilisent le terme très proche
de Camembert fabriqué en Normandie. Les différences : du lait pasteurisé au lieu du lait cru, un affinage
raccourci et une fabrication qui n’est soumise à aucune règle. Ils sont présentés comme les fleurons du
terroir, mais quand on y regarde de plus près, on découvre que leur appellation est douteuse. Matières
premières importées de l’étranger, (30 % du lait vient de Chine, 50 % de toute l’Europe), étiquetage souvent
mensonger, additifs non précisés, fabrication hors des limites de la région où seuls existent de vagues
bureaux de courtiers.
L’huile d’olive
Rare et chère, l’huile d’olive française est certainement le produit qui compte le plus d’étiquetages
frauduleux. En 2006, seulement 56% des échantillons analysés étaient conformes à la réglementation,
certaines bouteilles contenant jusqu’à 50% d’huile de tournesol ou présentant une fausse indication d’origine
ou de variété d’olive. Le symbole de la cuisine méditerranéenne ne comptant que 7 appellations d’origine
protégée et une AOC Huile de Provence, de nombreux producteurs jouent en effet sur la confusion en
ajoutant sur les étiquettes des paysages évoquant le Sud ou des origines non-reconnues comme huile de
Provence-Côte d’azur. Sans parler de l’une des fraudes les plus courantes qui consiste à remplacer l’huile
d’olive par l’huile de grignons d’olive, un résidu de la pâte d’olives difficile à détecter pour le simple
amateur.

DROP A COMMENT