Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

Le mot à connaître est « geek »

Très tendance car employé souvent dans notre société et trait de ma personnalité qui s’accentue un peu plus chaque jour, le mot geek n’en demeure pas moins un mot qu’il faut expliquer.

Commençons par ses origines multiples donnant à ce mot son universalité. Il est important aussi de noter que son apparition n’est pas si récente que ça et remonte à plusieurs siècles.

Allemagne :  Geck, qui caractérise une personne espiègle
Hollande :  Gek qui désigne quelque chose de fou
France : Gicque qui désigne un fou de carnaval.
Alsace : Gickeleshut ou bien Bonnets de Gicque sont des vêtements de carnaval
Hongrie : Gecken signifie monstres de foire.

Cette dernière origine est traduite aux Etats-Unis, fin du XIXème siècle, par Freaks qui devint très rapidement Geeks. Ces geeks étaient présentés – dans des… dirons-nous, contre-cirques – comme des bêtes de foires. Lors de ces spectacles, le geek était assimilé à un homme sauvage devant effectuer les pires actions.

Peu à peu le terme va être appliqué aux gens décalés et bizarres, qui ne s’intègrent pas dans la société.Puis, les geeks deviennent des solitaires et un peu fous que l’on peut voir rentrer chez eux, les vêtements négligés, les cheveux en désordre et absorbés dans leurs pensées.

Ce n’est que vers les années 1960, avec le développement des technologies, que le mot geek prend tout son sens, et notamment celui qu’il a aujourd’hui.

Certains dictionnaires traduisent le mot geek comme allumé(e)… ça me va ! Tant que je ne deviens pas nolife.

DROP A COMMENT