Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

LEM

Voici quelques exemple de la LEM, loi de l’emmerdement maximum ou loi de Murphy. Nous devons cette théorie à Edward A. Murphy Jr. qui en 1949 énonça :


S’il y a plusieurs façons de faire quelque chose, et que l’une d’elles peut aboutir à une catastrophe, alors quelqu’un la choisira.

Et voici quelques phrases, où vous vous reconnaîtrez sansdoute !

– Si vous dites le mot sexe tout le monde arrête de parler.

– Une messe basse s’entend mieux qu’un cri.

– Dès que vous vous allongez sur l’herbe au soleil, tout les insectes du monde viennent ramper sur vous.

– Plus vous regardez une page, et moins les mots ont de sens.

– Chaque solution mène à un problème plus compliqué.

– Quand vous avez les mains prises, c’est là que votre nez commence à vous gratter.

– Vous pensez à 10 choses importantes avant de vous endormir… donc impossible de trouver le sommeil et le lendemain matin, vous n’en avez plus aucun souvenir.

– Le temps passe très vite quand on s’amuse.

– La durée d’une minute dépend de quel côté de la porte des toilettes vous vous trouvez.

– Quand on est jeune, les jours sont courts et les années sont longues; quand on est vieux, les années sont courtes et les jours sont longs.

– L’eau ne bout jamais quand on la regarde.

– Les raccourcis sont plus longs que la route normale.

– Vous vous réveillez toujours 15 minutes avant que votre réveil ne sonne.

– Vous faites toujours cuire trop de riz.

– C’est quand vous voulez être le plus silencieux possible que le parquet grince le plus fort.

– La musique n’est pas assez forte pour vous, mais trop pour eux.

– Aussi chaude que soit votre douche, vous avez toujours froid en sortant.

– Dans le noir, il y a toujours une marche de plus que dans votre souvenir.

– On perd la mémoire en passant d’une pièce à l’autre.

– Les chansons que vous ne pouvez pas faire sortir de votre tête sont précisément celles que vous n’auriez pas dû laisser entrer.

– Quand vous cherchez quelque chose, vous cherchez encore et toujours au même endroit.

– Cela fait vingt ans qu’un objet lourd, laid et inutile traîne au fond d’un placard. Deux jours après l’avoir jeté, vous en avez désespérément besoin… comme les fringues.

– Vous vous souvenez du visage et pas du nom.

– Tous les prix finissent par ,99. (Pour info, c’est ce qu’on appelle le prix psychologique)

– Juste avant un rendez-vous très important, un bouton vous pousse sur le nez.

– Vous trouvez la bonne réplique au moment où vous claquez la porte.

– Ne faites jamais savoir à un ordinateur combien vous êtes pressé.

– Les objets se conduisent mieux quand on leur crie dessus.

– Si vous décidez de marcher jusqu’au prochain arrêt de bus; celui-ci arrivera lorsque vous serez à mi-chemin entre les deux.

– Les objets inanimés se déplacent assez vite pour se mettre en plein milieu de votre chemin.

– C’est quand une situation requiert toute votre attention qu’une distraction fascinante s’offre à vous.

– Rien ne marche quand des gens regardent.

– Votre file d’attente est toujours la plus lente.

– Le jus de pamplemousse gicle dans votre oeil.

– Les feux de circulation sont toujours rouges quand vous êtes pressé.

– Quand on ouvre une carte, on ne peut pas la refermer sans ciseaux !

– Quand vous portez des bottes, vos chaussettes glissent si vous ne les avez pas agrafées.

– Les perforations des rouleaux de papier toilette ne coïncident pas.

– Le miroir de la salle de bains s’embue au moment précis où vous en avez besoin.

– Le canard en plastique nage sous le robinet.

– Le rideau de la douche vous en veut.

– Le bout du rouleau de ruban adhésif disparaît toujours.

– Quand vous êtes à vélo, toutes les routes semblent monter, le vent est contre vous et la pluie vous fouette le visage.

– La tartine tombe toujours du côté du beurre… cette dernière proposition est la plus connue ! Mais je suis sûre que la loi de Murphy vous joue ses tours quotidiennement. N’hésitez pas à m’en faire part !

2 Comments

  1. n

    pour la tartine c’est simple, il suffit d’attacher un chat sur l’autre face, car il retombe toujours sur ces pattes.

    pour le rouleau adhésif, on replie simplement l’extrémité sur elle-même, et hop, plus de problème pour trouver le bout.

    bref, il faut arrêter de voir ce cher Murphy comme une fatalité, et le combattre pour de bon !

  2. ailoan

    Pour ce qui est de la quantité de riz… ce que je me dis c’est : « chouette, j’vais pouvoir me faire un petit riz aux oeufs pour le repas d’après »…

    …oui, c’est toujours un commentaire relatif à la nourriture… j’essaye de me soigner.

    Pour ce qui est du bouton, ça arrive aussi lorsque l’on se moque de trop dans le métro ;)

DROP A COMMENT