Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

Peaux de peinture

Les femmes se maquillent pour être plus belle, bien que parfois elles devraient s’en abstenir… ! Elles se maquillent aussi pour masquer les petites imperfections du quotidien. Mais certaines populations font plus qu’un simple maquillage, elles peignent leur corps et leur visage, pour bien des raisons.

En voici quelques-unes :

– Au Mexique lors du Vendredi saint, certains adolescents se font appliquer du faux sang sur leur corps. Ce faux sang est censé représenter celui du Christ lors de la procession du chemin de croix. C’est une commémoration de la Passion du Christ.

– Au Brésil et plus précisément chez les Indiens Kayapo d’Amazonie, c’est avec la nervure d’une feuille de palmier que les femmes appliquent,  sur le corps des enfants, un mélange de fruits de Genipa Americana (petit arbre des forêts tropicales humide), de charbon, et d’eau ou de salive.

– En Islande, c’est au centre géothermique Blue Lagoon, que les baigneurs s’enduisent de la boue qu’ils ramassent au fond du bassin. Réputée pour sa composition minérale riche en silice, celle-ci est notamment efficace contre le psoriasis.

– En Inde, le henné ou art du Mendhi apporte chance, joie et beauté aux Indiennes musulmanes. C’est notamment lors de mariages que ces motifs sont tatoués sur les pieds, les mains et les avant-bras.

– En Ouganda, des membres de l’ethnie Bagisu crachent de la bière de millet pour bénir leurs cadets, âgés de 14 à 25 ans, juste avant leur circoncision. Ces dernier sont également recouverts de boue et de chyme de chèvre lors de cette cérémonie de L’Imbalu qui marque le passage à l’âge adulte.

– En Éthiopie et plus exactement dans la vallée de l’Omo, à la frontière du Soudan, les Suri décorent traditionnellement leur corps d’argile pour des occasions précises.

– Au Pérou, certains régiments s’exonèrent de leur camouflage usuel. Le plus souvent, ce dernier est un éclair jaune au milieu d’un visage noir.

– En Israël, des militants palestiniens se sont déguisés en  en Na’vis, extraterrestres du film Avatar, pour protester contre le tracé du mur israélien en Cisjordanie. Ils font ainsi l’analogie entre le peuple opprimé du long-métrage et leur situation au Proche-Orient.

– En Taïwan, à Kaohsiung, les fidèles d’un temple taoïstes se maquillent chaque année pour interpréter des personnages de contes traditionnels. Cette fête vise à divertir Xuan Wu, leur divinité céleste, maître des éléments.

DROP A COMMENT