Céline Bourragué

Céline Bourragué

Digital Manager

Quel est votre péché mignon ?

Lors d’un de mes cours de communication visuelle, le prof nous demanda de dessiner les péchés capitaux de la luxure et de la gourmandise. Notre imagination au plus haut point, sa réponse pour la luxure fut de nous dessiner un gode; et une religieuse au chocolat pour la gourmandise. Le sex-toy illustre la luxure car celle-ci évoque le plaisir sexuel. Pour la gourmandise, il s’agissait du lien entre le dessert et la soeur, la religieuse. En effet, le péché capital a une origine catholique et nous devons sa création à Thomas d’Aquin, religieux de l’ordre dominicain. Il en identifia 7 : paresse, orgueil, gourmandise, luxure, avarice, colère, envie.

À savoir notamment que le mot capital ne vient pas là de la gravité mais de caput, ou tête en français, partie du corps qui dirige.

Chaque péché, ou vice, a son propre démon :

Belphégor pour la paresse; Lucifer pour l’orgueil; Belzébuth pour la gourmandise; Asmodée pour la luxure; Mammon pour l’avarice; Satan pour la colère; Léviathan pour la colère.

Quel est le vôtre ?

1 Comment

  1. n

    St Thomas d’Aquin, devant une religieuse qui refusait – la sotte – de s’offrir à lui, aurait déclaré: « d’abord, je crois que s’que j’vois » (il était un peu bourré à l’hydromel, comme tous les moines).

    Depuis, cette phrase est restée dans les anales (il était un peu pédé, comme tous les moines).

    Sur cette parenthèse historique, je m’en vais retrouver mes deux amis Belphégor et Belzébuth. Ça vaut mieux que Philippe et Maurice.

DROP A COMMENT